Un petit "moi" en 7 + 27 massages

Se faire masser, un bonheur découvert il y a 25 ans au Brésil et élevé au rang de l’addiction depuis mon voyage à Bali en 1996.


J’ai été assez déçue par mes 7 massages ayurvédiques en Inde sauf un où une des deux masseuses avait un toucher exceptionnel mais l’expérience fut vraiment trop brève. 


Je profite de cette parenthèse sur l’Inde pour vous préciser suite à de nombreux mails où nos écrits ont semble-t-il laissé croire que nous n’avons pas apprécié notre court séjour là-bas. 
Il n’en est rien, Alfred a eu la dent dure sur l’ashram et moi j’ai trouvé cette petite semaine à l’ashram plutôt folklorique même si je ne me suis pas sentie attirée ni éblouie par ce genre d’enseignement (ma maman a su me donner assez d’amour pour ne pas me sentir frustrée, la vie m’a donné assez de souffrances pour ne pas me sentir perdue et je considère la quête spirituelle comme une chose trop sérieuse pour la confier à un seul maître, même si ce genre de réflexion souligne une faiblesse égotique). Cependant, j’ai beaucoup aimé ce pays et ses habitants. Ce qui m’a chagriné c’est l’organisation sociale mais c’est mon problème, je suis trop attachée aux valeurs républicaines  et reste attachée au mot Égalité (même si c’est un leurre).


Mais revenons aux massages thaïs dont on se demande pourquoi ils sont tant synonymes de sexualité. Peut-être à cause du corps à corps massé-masseur. Car question douceur, c’est pas ça. Nous sommes plus dans un savant mélange accupuncture-ostéopathie. La masseuse triture, appuie, sépare. Si tu résistes, la crampe te guette et la douleur itou.
Se faire masser n’est jamais anodin et laisser son corps à l’autre demande une sacrée dose de confiance et d’entente mutuelle. C’est pourquoi, il est important de s'exprimer quand le toucher est trop puissant ou pas assez. 


Il est également recommandé de savoir interrompre un massage quand la masseuse ne convient pas ou dégage une forme d’hostilité ou autre (l’inverse est également vrai, c’est difficile pour la masseuse qui masse un corps réticent). 
Nous avons rencontré beaucoup d’étrangers qui n’aiment pas ces massages à la suite d’une seule expérience trop violente, préférant par la suite un massage des pieds (quoique celui-là aussi peut-être douloureux !) ou du visage.


Nous sommes peu habitués en France à recevoir des massages réguliers et la proximité des corps dans ce type de massage peut en mettre plus d’un mal à l’aise. Pourtant, la persévérance paye. Les premiers massages sont souvent douloureux car nos muscles sont tendus, la toxine peu habituée à être dérangé par des doigts inquisiteurs, la chair rétive à ce branle-bas de combat mais quel bonheur ensuite ! Mon corps a vite accepté ce genre de traitement de choc et l’a même réclamé.
Sur les lieux touristiques le massage thaï est proposé sans allégation de soin, sauf dans les resorts chics qui ont besoin de se différencier de la horde des masseuses présente partout. La concurrence est rude.

Massage direct sur la plage, en plein air face à la mer, en institut, comment choisir ? Pour nous, je dirais que c’était au petit bonheur la chance. Je suis tombée une seule fois sur des mains franchement peu sympathiques, agressives voire méchantes, mais quand j’ai demandé l’arrêt immédiat du massage, l’attitude a totalement changée, ce massage-là n’a été en fin de compte ni pire ni meilleur. La dame avait trop peur de voir son client déguerpir, je n’étais pas la première à vouloir fuir. 


Deux fois sur les mains « jem’enfoutistes » et le reste du temps je suis passée du pur extase au simple bonheur de retrouver un corps assoupli, un transit généreux, une peau embellie, une aisance dans le mouvement, une fatigue envolée, une vivacité retrouvée.
Si le massage est proposée ici comme un confort, il dérive de très anciennes techniques et constituerait une prévention et un soin face à 51 maladies, santé !


Nous nous essayons à quelques liens kinésio-massage, à suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Baptême landais

Savoir être gourmand et curieux

La télé de Lilou