Articles

Affichage des articles du avril, 2011

Résultat du jeu-concours

Image
Chers amis, bonjour !
Et bien le jour tant attendu des résultats de notre grand jeu est arrivé ! 
C'est avec émotion et sous le regard de l'incorruptible Maître Hounpamettre, huissier de justesse, que nous avons procédé à l'ouverture de l'enveloppe.
Quel suspense, Mesdames et Messieurs !
La réponse était :
"Le lama a la queue relevée alors que la vigogne a la queue baissée"


Et comme en France, tout finit par des chansons, nous avons demandé au plus célèbre de tous les lamas de conclure pour nous ce sympathique jeu de test de connaissances :


À bientôt pour de nouvelles questions et si c'est pour la culture, on a déjà donné !



Apéritif

Image
Dimanche de Pâques, nous pédalons comme des dératés après la mise à jour. Demain ou dans les jours à venir, nous mettrons en ligne O'Punopuno (que les amateurs de jeux de mots rigolent , que les consternés se consolent en tapant O'ponopono sur leur console préférée) puis "Fichez-nous La Paz" puis Brazil, here we are. bises bahianiaises

Que Pâques soit…

Image

Quizzaco

Image
Nous ne savons pas ce que vous gagnerez à participer à ce jeu. Nous espérons cependant une forte participation parce que, c'est bien connu, l'important c'est de participer !

Par ailleurs, nous conservons au frigo une bouteille de Proseco que nous aimerions ouvrir pronto pour fêter illico le dix-millième regard porté à 9 mois off.
Patience quand tu nous tiens ! Nous en profitons pour vous remercier de vos commentaires, mails et coups de skipe.
Partir et rester en contact, nomadisme et sédentarisme sont nos mamelles du moment, nous cultivons les opposés en les assemblant et examinons, attentifs, les effets produits.
Intéressant, non ?
Mais trêve de digression, revenons au ludique.

Faites vos jeux parmi les camélidés
Le jeu est simple, Catherine et Alfred ont mélangé leurs photos, sauras-tu les aider à reconnaître :

A - Une vigogne ?
B - Un guanaco ?
C - Un lama ?
D - Un alpaga ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9  10  11 12


C'est par où le Pérou ?

Image
À la sueur de l'asphalte Un jour, il est temps de partir, alors nous avons repris du désert, nous avons posé nos pieds sur le plat bord du premier étage d’un bus et nous avons avalé de la route. De longues lignes droites, de larges courbes nous ont laissés rêveurs, somnolents, râleurs, spectateurs, bavards, lecteurs, gourmands, assoiffés… voyageurs… lassés, enlacés par tant de kilomètres à dos de goudron.  Cependant, malgré l’aridité, la monotonie, la bêtise du film censé nous distraire, nous saurons nous régaler de scènes fugaces, cocasses où des indiennes aux chapeaux fleuris viendront animer le bus de leurs rires discrets, préparant leurs danses autour d’un arbre, scrutant le ciel, appelant l’union de la terre et de l’eau. 







Arrêt Kippa Lentement nous glisserons vers la vieille ville coloniale d'Arequipa, bijou d’architecture, toute de pierres blanches vêtue, souvent recouvertes de couleurs vives où le bleu pastel se dispute avec le rouge sanguin et le jaune terre de Sienne. Haut…

À la recherche de l’étoile cachée

Image
Arica, la ville de l’éternel printemps


Située à l’extrême nord du Chili, il n’y ferait jamais moins de 15° et jamais plus de 27°. Arica, une ville improbable qui s’enorgueillit de croître et embellir au milieu d’un désert redoutable. Ici on t’annonce avec le sourire qu’il n’est pas tombé une goutte d’eau pendant plus de 14 ans. Ici l’océan flirte avec le désert sans qu’aucun ne cède une once de son pouvoir. Le désert joue les maîtres absolus, l’océan déploie sa houle pacifique avec force et passion et 200000 hommes vivent là, dans cette ville symbole où Pérou, Bolivie et Chili se sont étripés au XIXème siècle.





Le Chili a gagné, un immense drapeau bleu étoilé, blanc, rouge claque avec arrogance sur la falaise, quelques canons soulignent l’ampleur du haut fait d’armes et un Christ rédempteur bénit le tout. Arica est dorénavant chilienne après avoir été péruvienne, sans jamais passer par la case bolivienne. Adieu accès maritime pour le haut pays andin. Peut-être qu’un jour toutes ces fron…