Respiration Pacifique

Ce matin, le ciel bleu et le soleil sont là. Rien d'extraordinaire dans la ville de l'éternel printemps. Seul l'océan se fait remarquer, il se gonfle et se dégonfle à une vitesse impressionnante. Un peu comme une grande marée dévariée qui monterait et descendrait en quelques minutes, étonnant.
Les journalistes sont là au sommet de la colline, l'armée patrouille devant la plage empêchant quiconque de s'approcher de l'eau. La foule des badauds en harmonie avec l'océan se gonfle et se dégonfle en fonction de la régulation des hommes en grande tenue de combat qui la renvoie vers une hypothétique ligne de sécurité. Mais où est-elle cette ligne ? Nous quittons la falaise, obéissant enfin pendant que les journalistes, fiers d'être acceptés par les hommes en armes gonflent leur poitrine en tenant haut micro et caméra. Ah que le pouvoir est bon !
Nous devions partir ce matin mais la frontière avec le Pérou est fermée pour cause de tsusami ! Les autorités craignaient-elles un afflux de migrants flippés, fermement décidé à attaquer le désert et les Andes ?

Commentaires

Yves a dit…
Ah oui !!! Pas besoin de carte de presse pour écrire un bon papier.
Dans la rubrique "relati-visions" celui est pas mal !!!

Merci aux journalistes indépendants !

Posts les plus consultés de ce blog

Baptême landais

Savoir être gourmand et curieux

La télé de Lilou