Bienvenue aux visiteurs de ce blog


Petit rappel, la lecture d'un blog se fait à l'envers, facile, non !
Nous sommes toujours friands de commentaires, n'hésitez pas…
Merci de participer à la diffusion de ce blog.
Catherine & Alfred

mardi 21 juin 2011

Iguaçu, première partie


Nous avions planifié 3-4 jours, nous avions prévu de loger à Ciudad del Este, côté Paraguayen, nous devions continuer par la route numéro “je ne sais plus” jusqu’à Encarnacion… Nos plans s’arrêtaient là, tout semblait clair. 
Nous avons vaillamment passé nos 22h de bus sans mal ni à la colonne ni au moral, nous avons dormi, nous avons regardé un film pas minable mais qui ne nous a laissé aucun souvenir, nous avons compati devant les terres brûlées par les cultures intensives, nous nous sommes lamentés devant les kilomètres et les kilomètres de maïs suivis par des kilomètres et des kilomètres de soja, entrecoupés de terres qui peinent à survivre et qui ont aussi mauvaise mine qu’un parisien ou un new-yorkais ou un pékinois ou… qui n’est pas sorti de sa cité depuis un bout de temps. Ils font pitié. Ici agriculture et industrie font bon ménage et ne laissent que les bords de routes pour loger dans des cabanes en bois léger la horde d’ouvriers agricoles. Dehors il fait 5-6°, nous sommes dans le Paranà, état du sud brésilien. Autrefois, il y avait là une jungle. Quand on ouvre google map, c’est très clair, seule l’Argentine a conservé sa forêt, le Paraguay est en train de la vendre et le Brésil l’a sacrifiée sur l’autel du capitalisme. Vive les satellites ! Vive les paradoxes !



Juste pour admirer ma nouvelle coupe de douilles
mais vous allez voir, il y aura d'autres histoires de tifs…


Un jour sur deux, la compagnie argentine qui assure cette ligne, a pour destination Buenos-Aires et s’arrête à Puerto Iguazù. Le jour suivant, le bus va jusqu’à Asuncion, capitale du Paraguay et s’arrête à Ciudad del Este. Les deux autres compagnies brésiliennes qui assurent ce trajet sont en semi-cama, pas glop ! Mais il faut aimer la route pour choisir cette option puisqu’on peut choper des billets d’avion pour bien moins cher en s’y prenant bien. Nous avions délibérément choisi l’option bus, fiers comme deux “bars tabac” qui ont oublié les méfaits du goudron.


Avant

Le hasard :-)) du calendrier nous a proposé un bus vers Puerto Iguazù, côté argentin, pas bon pour nos plans. Arrivés à Foz de Iguaçu, côté brésilien donc, nous hésitâmes à descendre afin de prendre un micro pour Ciudad del Este, mais heureusement un “je ne sais quoi” nous a retenus. Un mélange de nostalgie et de raison, les hostels de Foz de Iguaçu annonçaient des prix bien supérieurs aux argentins et les hostels de Cuidad del Este brillaient par leur absence. Par ailleurs, j’ai passé mon nouvel an 84-85 en compagnie du Païre (salut à toi Jean-Michel) ici même et ma foi, remettre un peu de frais à peu de frais sur les lambeaux du souvenir, ça fait pas de mal.

Après
Foz est réputée exubérante, multiraciale à la toque. La construction du barrage brasilo-paraguayen de Itaipu, situé sur le fleuve Paranà produisant 25 % de l'énergie électrique consommée par le Brésil et 90 % de celle consommée par le Paraguay et l’économie florissante de cette ville frontière ont amené diverses communautés à s’installer ici : des Libanais sunnites qui ont construit une énorme mosquée, des Chinois et des Japonais qui ont construit des temples et des ingénieurs Européens qui ne sont pas repartis, fiers d’avoir participé à la construction d’une des 7 merveilles du monde moderne (sic).
Nous étions un dimanche après-midi et le bus nous a laissés à un croisement de rues désertes en nous annonçant que c’était le centre ville. Je ne reconnaissais rien et nous avions l’impression de vivre en direct un western latino. Nous avons erré en traînant nos sacs jusqu’à l’hostel Timbo que nous recommandons vivement (http://www.timboiguazu.com.ar/dominios/timboiguazu.com.ar/index.asp).



Après les négociations d’usage en cette saison basse, nous nous installons et sortons les petites laines. L’automne, bien que subtropical, pointe ses brouillards et autres frimas. Repos, vous pouvez sortir les ordis.



Le lendemain, nous filons vers les chutes, côté brésilien. Aller à Iguaçu revient à vivre un drame shakespearien, aller ou ne pas aller, faire ou ne pas faire, choisir, toujours choisir jusqu’à l’orthographe du lieu ! (Donc là, je vous gratifie de l’orthographe brésilienne).



Re-passage de la frontière mais ici c’est routine et compagnie et nous voilà à l’entrée du parc, 90 rs plus tard, nous voici dans un bus qui roule à 5 km/h (afin de ne pas déranger la faune alentour) ce qui n’empêche pas de se cailler sérieux ! Et nous voilà sur le chemin des chutes, accueillis par les coatis gourmands et les oiseaux pimpants (j’aime bien la déf de wiki : Coati est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains petits mammifères de la famille des Procyonidae, famille qui compte aussi par exemple les ratons laveurs. Ils vivent tous en Amérique du Sud ou Amérique Centrale.)
Je râle en découvrant les premières perspectives des chutes, elles me semblent lointaines et peu abondantes. Erreur! Plus nous avançons, plus les spectacle de la nature monte en puissance pour culminer devant le dernier belvédère qui nous offre une vue panoramique de la Gargata del Diablo qui nous laisse le bec ouvert, les yeux fiévreux, l’âme en joie. J’en profite pour glisser le mini-poème d’Alfred inspiré pas les tonnes d’eau qui grondent en tombant.
La Garganta del Diablo ou l’histoire d’une chute
Je plains ce pauvre Diable qui au fil des millénaires
Tente désespérément d’éteindre le feu de l’enfer 
Et à qui l’eau du Parana ne suffit pas  








1 commentaire:

degré chien a dit…

Et aqua l'eau du paradis n'y suffit, na ?
Espoir vous dis-je, que Diable !

Petit commentaire admiratif du court poème d'Alfred, après un si long silence, de
Degré Chien, avec ses bons gros yeux fidèles et qu'aime bien ta nouvelle coupe, Catherine, si si.