Bienvenue aux visiteurs de ce blog


Petit rappel, la lecture d'un blog se fait à l'envers, facile, non !
Nous sommes toujours friands de commentaires, n'hésitez pas…
Merci de participer à la diffusion de ce blog.
Catherine & Alfred

lundi 31 janvier 2011

Trop de majesté tue la majesté (ou pas…)

Après les eaux noires comme la bière irlandaise, après les univers de ouate grise aux frontières imprécises où ciel, terre et mer se confondent et se noient, après les albatros épris de liberté, aux ailes comme des rasoirs flirtant avec l’écume, après les phoques et les marsouins qui batifolent dans les fjords, après le vent qui hurle son hégémonie sur la faune et la flore de Patagonie, après le miracle permanent de la vie qui s’agrippe au moindre bout de roc, après tant de merveilles qu’on en devient blasé, arrive le point d’orgue, plutôt la note bleue.

Quelque chose dans l’eau annonçait sa présence, la noirceur s’estompait, la température baissait. Le bateau s’engagea dans un fjord plus ouvert, la masse des cordillères s’écartait en une sombre révérence. Un pâle soleil traversait le ciel gris pour éclairer la scène. L’horizon se barrait d’une immense bande blanche qui trônait, accoudée aux montagnes voisines. Énorme, phénoménal, indiciblement beau, le glacier était là, attendant notre hommage. Il porte un nom de pape, il est bien plus que ça. Le respect qu’il impose a tout de naturel. Il est, tout simplement.
Fascinés, nous approchons de lui, jusqu’à ne plus pouvoir l’embrasser du regard. De gros glaçons bleutés témoignent de sa vie et de sa bonne santé. Mais quelque chose sans doute a dû l’indisposer. Un nuage servile est venu le couvrir et son crachin glacé nous fait baisser les yeux, brouillant les objectifs. Nous insistons, attendant sa bénédiction à distance respectueuse. Réfugiés à l’abri ou bravant les éléments, nous nous laissons imprégner par cette force tranquille, guettant le pan de glace qui en se détachant nous serait comme un signe, un clin d’œil d’amitié.
Sa Majesté s’y refuse. Alors, tel Prométhée volant le feu aux dieux, un zodiac fonce vers les falaises bleutées et en rapporte pour butin un précieux bloc de glace que nous partagerons le soir même en guise de communion, dans nos Piscos Sour.


Pisco Sour 
(Chili et Pérou s'en disputent la maternité)



• 10 cl de Pisco (eau de vie de raisin)
• Jus d'un citron vert
• 1 cl de sucre
• 1 blanc d'œuf
• Quelques gouttes d'aromatic biter (Angostura…)





Aucun commentaire: